>> News
écrit le 2010-05-29 - Lomé, Togo
Le Togo, un petit pays d’Afrique
De Ouagadougou à Lomé, près de 1000 km à parcourir en 4 jours. Le Togo est le quinzième pays traversé par Coptocap.
Aujourd’hui, le fait d’être sur terre tient du miracle, mais ce que nous y faisons ne tient pas du miracle. Nous pouvons, par contre, changer le cours des choses par une attitude proactive, optimiste et constructive. Encore une fois, je martèle que : « Nous vivons une époque fantastique car tout est à refaire. »
De la capitale du Burkina, Ouagadougou à la frontière du Togo, la route traverse des paysages verdoyants plantés de petits villages dont les cases assemblées ressemblent à des châteaux forts. C’est le pays des Peuls. Des Peuls sédentaires, agriculteurs qui ont su conserver quelques animaux. Au Burkina, les routes servent aussi de retenues d’eau qui permettent de constituer des réserves pour l’année entière. Astucieux système qui fait d’une pierre deux coups.
Encore une frontière traversée ! L’engin fait toujours sensation. « Le vélo solaire » sans pédale passe toujours aussi facilement les douanes sans contrôle, ni papier.

Je commence à me demander pourquoi tant d’efforts pour l’homologuer en Allemagne, l’immatriculer aux Pays-Bas et le faire rouler sur autant de kilomètres sans qu’il ne doive être immatriculé ! « L’avion-par-terre », la « voiture-soleil » rencontre tous les suffrages.

Seul démol, les Africains voudraient embarquer Madame et les enfants et ce modèle manque de place… Nombreux sont les Africains qui demandent la valeur de l’objet. Leur intérêt croît à mesure qu’ils comprennent que l’engin ne nécessite aucun carburant, ni liquide, ni plein de quoi que ce soit.

Nous marquons un arrêt dans le noman’s land. La route est très mauvaise. Ce ne sont plus des nids de poules mais des nids d’autruches ! A peine 5 minutes plus tard, deux militaires armés de Kalashnikov débarquent pour demander si tout ce passe bien. Un nouveau mal touche l’Afrique de l’Ouest : les coupeurs de route sont actifs dans les zones frontalières. Ils insécurisent les grands axes.

Le Togo est un petit pays d’environ 5 millions d’habitants répartis en 136 ethnies utilisant autant de langues. Le Togolais « moyen » pratique jusqu’à 7 langues nationales. Le pays, autrefois colonie allemande, a connu l’occupation anglaise et française sous la forme d’un protectorat. De la première occupation, le Togo a gardé un goût prononcé pour les bières… allemandes ainsi que pour une certaine rigueur de fonctionnement, les villages semblent également plus propres que dans les autres pays. Le pays sort de graves troubles qui ont déstabilisé durant quelques années, cette « Suisse africaine ». Le pays se relève lentement grâce au port autonome de Lomé et les importations à destination des pays enclavés (Mali, Burkina, Niger).

Le Togo possède des paysages magnifiques avec des reliefs marqués qui tranchent avec les vastes pleines des pays du Sahel. La chaîne de l’Atakora donne de belles vallées encaissées et des collines verdoyantes. Après les pluies, les champs sont peints en vert clair.

Les essences sont très diverses : fromagers, palmiers, baobabs, flamboyants, acacias, papayers, plans de manioc…

Le long de la route, les villageois proposent du charbon en sac, des tas de bois… une activité intense qui déboise progressivement les forêts togolaises, dans le seul but d’alimenter les villes en charbon. Le charbon pourrait cependant être favorablement remplacer par d’autres moyens (four solaire, foyer amélioré, gaz méthane produit localement…). Il est triste de constater que les citadins contribuent à la désertification de leur pays pourtant vert.

La route bitumée traverse le pays du Nord en Sud en passant par des biotopes différents à mesure qu’on se dirige vers la côte. Une succession vraiment remarquable agrémentée de reliefs.

Avec des sites remarquables : Kpalimé et la montagne aux papillons, le pays Tamberma avec les case-chateaux, la faille de Sokodé, la lagune de Lomé, les plage du Golfe de Guinée…

Le prototype tombe en panne à une centaine de km de Lomé. A cause des secousses, les câbles devenus dénudés du moteur ont provoqué un nouveau court-circuit qui a fait fondre les mosfets du régulateur. Ceux-ci sont assez difficiles à trouver ici en Afrique en raison de leur apparition récente sur le marché.

Remorqué, le prototype entre dans Lomé sous les trompes d’eau de la saison des pluies. En quelques minutes, ce sont dix centimètres d’eau qui envahissent les artères de la ville. C’est la première grosse pluie diluvienne rencontrée durant le voyage. Le moteur manque d’étanchéité à cause des nombreuses interventions sur celui-ci. La pluie constitue à présent un nouveau risque de panne. Les déboires techniques permettent de comprendre les limites de l’utilisation des composantes utilisées. L’Afrique regroupe plusieurs difficultés qu’il est difficile de reproduire en Europe : chaleur jusqu’à 50c°, humidité maximale, routes de qualités diverses.

Je constate également que, ici en Afrique, dans chaque pays, je rencontre des compétences techniques capables d’intervenir sur les divers éléments. La limite est celle de la compatibilité des éléments électroniques qui nécessitent une programmation.

Lomé est certes la capitale d’Afrique la plus confortable, mais avec le temps, les infrastructures se sont dégradées. Aujourd’hui une manifestation touche le centre-ville. L’opposition se sent roulée dans la farine par un élu qui accepte de rejoindre le gouvernement qui vient d’être formé. De l’avis des Togolais : les problèmes récurrents devraient être prioritaires. « On a autre chose à faire que de s’intéresser à la politique ». Une rengaine qui n’est pas propre à l’Afrique…

Vendredi et Samedi, l’exposition est accueillie au CCF de Lomé qui organise un festival de théâtre. L’activité du Centre offre une belle visibilité ainsi que de nombreuses rencontres avec la presse.

Un très grand merci au Centre culturel français de Lomé et à son directeur Marcel Tavé pour l’accueil chaleureux et la place consacrée à la démarche Coptocap !

Le film « Dakar no Oil, en quête d’un monde sans pétrole » a recueilli un grand succès. Encore un tout grand merci à Nexus Factories et à Tristan Bourlard qui a assuré la post-production, ainsi que Mathieu Toulemonde et Julien Campione pour les images.

L’exposition a été présentée 21 fois dans des Universités, Centres culturels, Lycées et au sein d’Associations. Plusieurs milliers d’Européens et d’Africains, adultes, enfants et étudiants ont pu découvrir les problématiques environnementales d’aujourd’hui et le monde de demain que propose l’exposition « En route vers le futur ». L’optimisme est mis en avant dans la démarche. Oui, nous pouvons le faire ! Ensemble nous pouvons créer un monde plus solidaire, respectueux des autres, de notre seul vaisseau : la Terre. Oui nous pouvons trouver des solutions aux enjeux de demain que constituent la gestion des ressources : l’air, l’eau et la terre.

Les centaines de personnes rencontrées sont conscientes que quelque chose doit être fait.

Qui prendra l’initiative de mettre en place les outils de l’indépendance alimentaire, énergétique et économique… ? J’espère que ce ne seront pas seulement les Africains qui verront l’intérêt d’adopter les énergies renouvelables. 

Déjà 2 mois de voyage et beaucoup de chemin parcouru. Le cap des 10 000 km sera passé, demain, dimanche 30 mai au Bénin.
photophotophotophotophotophoto
écrit le 2010-05-25 - Burkina
8886 km parcourus !
Déjà 8886 km parcourus sur les 12 000 km annoncés et les 18 000 km réels entre Copenhagen et Cape Town.
 Au Burkina Faso, le prototype a passé le cap des 8000 km de routes parcourues. 
Le trajet a été essentiellement couvert par le goudron constitué de bonnes routes rectilignes sans relief important. 
En totalisant les tronçons difficiles et les noman'slands non bitumés, un maximum de 100 km sur 8000 km
ont été couverts sur pistes dures non sablonneuses. 
Le prototype, par définition, a connu des déboires : pannes à répétition dues aux éléments électroniques sensibles aux grandes températures (+ de 45 degrés) ou par l'humidité (+ de 90%), court-circuits provoqués par l'usure des câbles électriques véhiculant 80° Volts à 30 Ampères, régulateurs sensibles aux hausses de tensions électriques.
La prochaine étape : Le Togo, puis le Bénin. 

suivez l'aventure coptocap chaque semaine en vous inscrivant à la newsletter
photophotophotophotophoto
I-Care Full Electric Prototype Project
I-Care Racing 2012 - Full Electric Concept Car
1234567891011121314151617181920212223242526272829303132


Proximité


Actions


News:          

Admin:      

Copyright © 2010 C&C - All rights Reserved