>> News
écrit le 2010-04-30 - dakar
Dakar, 6000 km
Entre Saint-Louis et Dakar, une bonne route sans relief passe par quelques villes étapes plantées dans un décor de savane où apparaissent les premiers baobabs.
on vit une époque fantastique car tout est à refaire
 Entre Saint-Louis et Dakar, une bonne route sans relief passe par quelques villes étapes plantées dans un décor de savane où apparaissent les premiers baobabs. La chaleur ne s’est pas encore installée, heureusement ! la saison sèche est bien là mais pas encore la canicule. L’air est chargée de poussière. 5 heures seront nécessaires pour atteindre la capitale. Le tronçon le plus encombré étant les 50 derniers kilomètres entre la ville de Thies et Dakar. L’heure n’est pas la plus indiquée mais cela passe.

A Dakar, je retrouve le point de départ du DAKAR no OIL à 6000 km de Bruxelles. Déjà 6000 km et 5 semaines de voyage ! Nous nous installons à l’Océanium planté dans la baie faisant face à l’île de Gorée. Une vue splendide sur la mer à partir d’une crique aux eaux calmes. L’Océanium est une association de protection de l’environnement née de l’action d’Haidar El Ali, moniteur de plongée qui, conscientisé par le spectacle désastreux des fonds marins de Dakar, s’est lancé à corps perdu dans la protection de l’environnement marin.

Sensibilisation
L’exposition est installée pour la 12e fois au lycée technique et industriel Delafosse à Dakar. Imaginez l’intérêt des lycéens face à l’OVNI ! Les questions fusent, les idées d’amélioration aussi. Entre-temps, je confie le véhicule d’assistance à la section soudure du lycée. La galerie présente de solides problèmes de stabilité et risque d’empêcher les portières de s’ouvrir. Il est temps d’améliorer les choses.
Le prototype qui accuse encore des problèmes de chauffe de régulateur est confié à Babacar Adrien  N’Diaye, professeur d’électronique qui prend le sujet à bras le corps. Il propose de monter un radiateur sur le transistor modifié et d’y accoler un ventilateur d’ordinateur. Allons-y pour un bricolage maison qui s’impose ! Il était temps de tropicaliser l’engin et de lui donner des couleurs locales. Mieux vaut le faire à Dakar que plus loin à l’intérieur des terres où il sera bien plus difficile de trouver des pièces adéquates.

Réception
S.E. Monsieur Georges Samy Godart, Ambassadeur de Belgique nous permet de présenter l’exposition et le prototype à l’occasion d’une réception qu’il organise en notre honneur. L’an dernier le « Dakar NO OIL » était parti de Dakar avec un départ officiel de l’Ambassade. Cette année, Dakar représente une étape importante sur la route vers Cape Town en Afrique du Sud. Il reste plus de 12 000 km à parcourir. Cette reception a été l’occasion de revoir des connaissances, de rencontrer la presse et les belges du Sénégal. 

suivez l'aventure Cop to Cap en vous inscrivant à la newsletter
photophotophotophotophotophotophotophotophotophoto
écrit le 2010-04-29 - Saint-Louis, Sénégal
Saint-Louis, ville-musée
La frontière traversée, la ville de Saint-Louis n’est plus qu’à une cinquantaine de kilomètres.
tout ce qui ne tue pas, engraisse
 Le paysage change. La savane fait place aux zones désertiques et aux régions inondées du delta du fleuve Sénégal. A mesure qu’on approche de Saint-Louis, les bords de route se font plus animés jusqu’à atteindre son paroxysme à l’occasion de la traversée du marché de Sor.

Le rond-point situé juste avant l’unique pont qui mène à l’île de Saint-Louis est stratégique. C’est le lieu où les policiers tentent de verbaliser les véhicules étrangers. Par chance, une personne mariée à une belge intervient et libère de la « taxe ».

Le vieux pont Faidherbe composé d’éléments métalliques est en cours de travaux. Les segments du genre « Tour Eifel » sont progressivement changés à l’aide d’une digue parallèle au pont. Un travail artisanal étonnant. Il était grand temps car le seul pont menaçait de s’écrouler, rouillé comme il l’est depuis tant d’années. Nous sommes accueillis à l’Hôtel de la Résidence, passons une excellente nuit au-dessus des toits de la ville.

Retour sur les bancs
Au lycée Charles de Gaule, les professeurs sont en grève. Malgré ce « désagrément » de dernière minute, très courrant dans l’enseignement au Sénégal, les contacts sur place ont réuni des élèves intéressés par le projet. S’ensuit un long échange entre professeurs et élèves à propos des thèmes abordés dans l’exposition dont les panneaux ont été montés à la hâte et placés le long des murs. Les élèves prennent note des textes jusqu’à ce que je les informe que tous les panneaux sont téléchargeables sur le site internet.

Ils sont très concernés par les sujets abordés mais regrettent qu’en Europe le choix des énergies renouvelables tarde à se généraliser. Ils relèvent également qu’ils héritent de nos poubelles : les frigo-venin, les voitures-venin, les ordinateurs-venin… tout ce dont nous ne voulons pas ou qui ne répond plus aux normes.
Le lendemain, nous avons plus de chance au lycée Faidherbe. Les lycéens défilent par dizaines dans la cour du vieux lycée qui vient d’être rafraîchi. Ils lisent attentivement les 20 panneaux disposés à l’extérieur et posent de nombreuses questions. Ils débattent entre eux des idées énoncées. Leur intérêt est étonnant. 

suivez l'aventure Cop to Cap en vous inscrivant à la newsletter du site
photophotophotophotophotophotophoto
1234567891011121314151617181920212223242526272829303132


Proximité


Actions


News:          

Admin:      

Copyright © 2010 C&C - All rights Reserved