>> News
écrit le 2010-03-18 - Bruxelles
Bruxelles
Départ du Sénat à l'invitation du Président Armand de Deker
On vit une époque fantastique parce que tout est à refaire.
 Aujourd'hui le départ à été donné à 11 heures du matin du Sénat en présence des élus et des ambassadeurs que quelques pays couverts par le projet. Cette invitation a été l'occasion de présenter l'exposition de sensibilisation mais aussi d'attirer les parlementaires 
J'ai pu répéter mes motivations : promouvoir le transfert de technologie du Nord vers le Sud afin de permettre une autonomie, promouvoir une mobilité plus rationnelle et apporter des solutions concrètes . Le message est passé, "reste" à parcourir 18 000 km...          
photophoto
Senat-Coptocap-Optimistedoc
ok-reportage-rtbf-optimiste
Salon auto Bruxelles 2010.
Salon auto reportage 2
Derniers préparatifs
Présentation au Sénat 18 mars
Reportage dans une école.
Emission ,Au quotidien RTBF
écrit le 2010-03-11 - Copenhague
Copenhague, conférences sur les changements climatiques, l’échec ?
Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les nations tombent d’accord sur le fait que nous sommes face à une crise majeure qui nous concerne tous. Des pays industrialisés aux plus petites îles du Pacifique, du Cercle arctique aux confins du Sahara, nous sommes tous dans le même bateau.
Copenhague a été pour certains un fiasco. Je n’en dirais pas autant. Il faut voir le côté positif des choses.
 Mettre autour de la table autant de pays aux enjeux aussi différents n'est pas facile. "L'échec politique" des accords devrait nous faire prendre conscience que la solution est en chacun de nous. Faut-il attendre que le politique légifère sur nos comportements pour agir ?

 Les climato-septiques sèment le trouble dans les esprits. Et quand bien même les prévisions ne feraient pas l’unanimité, il est clair que le temps des recherches est révolu et qu’il faut agir aujourd’hui. Agir surtout car la dépendance au pétrole constitue le problème majeur. Sa rareté va provoquer des bouleversements, influencer sur le coût de toutes importations. Il est donc temps de prendre les devants, d’imaginer une mobilité, une sécurité alimentaire, une production d’énergie, un habitat qui se dédouane du pétrole. Le pétrole est rare, nous en avons besoin pour d’autres choses, il est donc stupide de le brûler.

 Parler d’échec de Copenhague tient de l’échec moral collectif plus que de l’échec politique médiatisé. Il faut rester positif et se dire qu’on vit une époque fantastique car tout est à refaire.

 Il faisait -13c° à Copenhague lorsque j’y étais dans le cadre des Conférences sur le Climat. Difficile de parler de réchauffement climatique. Je préfère évoquer les bouleversements climatiques. Ils se traduisent, en Afrique, par des retards de pluies de plusieurs mois, des retards d’inversions de courants marins. Tout cela déséquilibre les économies de subsistances de populations livrées à elles-mêmes. Elles ne demandent pas plus à la terre que ce qu’elle peut leur offrir, non pas par choix, mais par obligation. Elles ont le moins d’impact sur le milieu, mais elles subissent de plein fouet les conséquences d’un siècle de course à l’accumulation matérielle pratiquée par nos sociétés.

Le temps des changements est venu. Changement de comportement surtout, changement des rapports entre « fournisseurs de matières premières » et consommateurs des ressources.

Ce que j’ai vu en Afrique durant près de 20 ans de recherches ethnographiques me pousse, aujourd’hui, à jeter des ponts entre le Nord et le Sud, à promouvoir le transfert de technologie, à trouver des solutions d’avenir. Tout cela avec des moyens limités que sont les miens.

Voilà pourquoi, la semaine prochaine, à bord d’un nouveau prototype électrique, je prendrai la route vers l’Afrique.

Copenhague, j’en viens – Cape Town, j’y vais !
photophoto
Xavier Van Der Stappen optimiste
Copenhague coptocap reportage
1234567891011121314151617181920212223242526272829303132


Proximité


Actions


News:          

Admin:      

Copyright © 2010 C&C - All rights Reserved